La fille de Dieudonné, une des « vingt filleuls » de Jean-Marie Le Pen

LE PARRAIN – Dans une interview accordée à Paris Match et diffusée ce 13 janvier, Jean-Marie Le Pen relativise ses liens avec Dieudonné mais le défend mordicus contre une « campagne haineuse et ignoble ».

Le président d’honneur du Front national veut en effet prendre toutes ses distances avec Dieudonné Mbala Mbala. A le lire, il est devenu le parrain de la fille de celui qu’il n’avaitcroisé qu’à deux reprises … presque par hasard.

Voici comment Jean-Marie Le Pen raconte ce qu’il fait passer pour un non-évènement absolu :

Un jour [après seulement deux rencontres avec Dieudonné les années précédentes, ndlr], Dieudonné est venu me voir chez moi à Montretout à Saint-Cloud. Il m’a demandé d’être le parrain de sa fille Plume, qu’il avait eu avec Noémie Montagne.J’ai été un peu surpris par cette démarche, mais pas plus que ça . Après tout, beaucoup de gens m’ont demandé d’être le parrain d’un de leurs enfants, je dois avoir plus de 20 filleuls.Alors, quand Dieudonné me l’a demandé, j’ai accepté et, quelques semaines plus tard, je suis allé au baptême de Plume.

Et précise que, depuis, malgré son statut de parrain, il n’a revu Dieudonné que « de loin en loin, deux ou trois fois peut-être pendant ces années ». Et qu’il téléphone « une fois par an » – à sa compagne souligne-t-il – pour prendre des nouvelles de la petite fille.

Bref, son statut de parrain ne fait pas de lui un proche de « l’humoriste », veut démontrer Jean-Marie Le Pen. Cette prise de distance n’empêche cependant pas l’ancien candidat à la présidentielle de défendre Dieudonné au nom, selon lui, de la « liberté d’expression » :

Son humour va parfois loin, il n’a aucun tabou, ne ménage personne. Mais cela ne me gêne pas. Il dépasse les bornes ? Je m’en fous. Quelles bornes ? Ce n’est pas mon affaire.C’est un chansonnier, un humoriste, pas un professeur de maintien ou de morale. Et puis qui décide que quelqu’un va trop loin ? Sur quels critères ?Est ce que les dessins humoristiques qui me présentaient comme un étron entouré de mouches allaient trop loin ?

Et Jean-Marie Le Pen de préférer condamner le sort fait à Dieudonné :

Je trouve cette campagne anti-Dieudonné haineuse et ignoble, et je la réprouve.

Delphine Legouté | Europe 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *